AccueilFolklore • Les Sachets magiques

    Derniers articles publiés

    Les Sachets magiques

    Extrait du livre The Element Encyclopedia Of Witchcraft: The complete A- Z for the Entiire Magical World , Judika Illes
    Traduction & adaptation par Aranna © 2011

     

     

    Les sachets magiques figurent parmi les formes de magies les plus simples et les plus communément répandues. Ils sont désignés par une multitude de noms : sac-amulettes, sac mojo, main-mojo, sac-médecine, gri-gri, etc. Pratiquement toutes les langues, les traditions magiques et les cultures comportent au moins un terme pour désigner ce concept. Chez les Tsiganes par exemple, ce charme est connu sous le nom de putzi, la poche, qui est l'endroit où ils sont le plus fréquemment transportés.

    Les sachets magiques font appel à un concept très simple : un ou plusieurs ingrédients magiques enveloppés dans un tissu ou placés dans un contenant (un bocal à anchois par exemple :p). De cette façon, ils peuvent ensuite être portés par une personne, cousus dans un vêtement, glissés sous un matelas ou dans un oreiller ou encore, être rangés bien à l'abri. Quelques fois, ils sont accrochés en évidence au mur ou sur les portes, comme des amulettes ou des talismans.

    C'est une forme de sortilège au potentiel de création et d'adaptation incroyablement riche et dont les possibilités sont quasiment inépuisables. Il y a d'innombrables manières de confectionner un sachet magique, plus important étant de bien choisir les composants et le contenant.
    Traditionnellement, les ingrédients incluent des plantes, des os, des perles et d'autres petites amulettes, des cristaux, des pierres, de la poussière -notamment de la poussière ramassée aux carrefours ou provenant de tombes-. Des poudres magiques sont parfois également incluent dans ces ingrédients. Ces ingrédients peuvent être assemblés dans des circonstances particulières et leurs effets augmentés par l'ajout de certaines huiles.

    À la base, les sachets sont en feutre, en soie ou encore en cuir. Parfois, un sachet de tissu peut être confectionné à part, rempli d'ingrédient puis ajouté dans un autre sac plus robuste, spécialement quand le mélange comporte des poudres qui peuvent se disperser. Les sachets les plus simples sont simplement constitués d’éléments divers enveloppés dans un mouchoir et fermés par un ruban. Les contenants les plus sophistiqués sont fait de métaux précieux ornés de pierres. En Amérique Latine, les ampoules de verres et les fioles contenant des médicaments étaient recyclées et utilisées dans ce but.

    Bien que cette tradition soit universellement répandue, les charmes africains sont particulièrement élaborés et puissants.
    Le terme Mojo fait référence au pouvoir émanant du conteneur et de ses matériaux.  Les sacs mojo du Hoodoo (Ndt : À ne pas confondre avec le vaudou. Nom donnée aux coutumes magiques africaines mais aussi amérindiennes.) se présentent traditionnellement sous la forme de sacs de tissus fermés par un cordon. Habituellement de couleur rouge, la couleur de ce sac peut également être en accord avec le but recherché. Par exemple, quelqu'un désirant attirer la prospérité peut choisir d'utiliser un sac de couleur verte.
    Parce que les sacs mojo peuvent être ouverts et refermés, des ingrédients peuvent être ajoutés ou ôtés. Les sacs mojo sont rituellement "nourris" de manière à leurs donner les moyen de réveiller les pouvoirs de ces ingrédients. Dans ce but, on ajoute par exemple une pincée de poudre magique ou une goutte de vin, d'huile ou d'un autre breuvage adéquat de manière régulière. Parce que le mojo est perçu comme possédant un esprit propre, il est nécessaire de le nourrir pour maintenir son pouvoir.

    Les "mains-mojo" n'ont rien à voir avec l'anatomie. La main fait référence au pouvoir émanant du charme en question. La «main" est emballée dans un paquet, à la manière des sachets magiques. Les ingrédients sont placés entre deux morceaux de tissus qui sont eux-mêmes cousus ensembles de manière à enclore complètement les ingrédients. Ils ne pourront pas être portés séparément et aucun ingrédient ne pourra être ajouté.
    Ces "mains-mojo" sont le plus souvent faites de tissus rectangulaires ou carrés de couleur rouge. Cette pratique pourrait avoir des racines africaines, comme pour le Paket Kongo ou encore comporter des influences européennes. Les charmes anglais traditionnels ont certaines ressemblances avec les "mains-mojo" : ils sont également faits à partir de tissu rouge, le plus souvent du feutre, mais leurs formes peuvent varier, notamment dans la magie amoureuse avec l'emploi de sachets en forme de cœur. Ces charmes peuvent être embellis avec des broderies ou des perles. Créer un sachet est une forme de magie en soi, chaque point s'accompagnant d'une intention.

    Les termes de gri-gri et de sac-mojo sont souvent employés comme synonymes, bien qu'à l'origine les concepts aient été différents. Les sacs-mojo sont de simple mais puissant outils de pouvoir. Les gris-gris étaient, à l'origine, des contenants élaborés, un peu comme les Palet Kongo dont ils sont très proches. La plupart sont en forme de poupées et sont remplis d'herbes ou d'autres ingrédients magiques. Les africains vendus comme esclaves emportèrent avec eux leurs traditions mais ces dernières durent évoluer. Au fil du temps, les gris-gris se simplifièrent de plus en plus. Ainsi les gris-gris d'Amérique du Sud sont au final très proche des sacs-mojo.
    Les styles plus élaborés ont néanmoins survécus à travers le Paket Kongo. Originaires du Congo, ce sont des sachets magiques employés dans une optique de protection et/ou de guérison. Les Paket Kongo sont plus compactes que les sachets magiques ordinaires. Les formes de calebasse ou d'oignon sont caractéristiques des Paket Kongo. Beaucoup possèdent également ce qui semble être des bras. Le contenu est enveloppé dans de la soie fermée par des rubans fixés avec des épingles, puis ornée de perles, de sequins et de plumes. Beaucoup de ces Palet Kongo sont achetés en tant qu’œuvre d'art par des gens qui ignorent complètement leurs fonctions. Ils peuvent également être ornés d'une croix, non en tant que symbole Chrétien mais parce que, pour les indigènes du Congo, la croix est le symbole de naissance, de vie, de mort et de renaissance. Les Palet Kongo sont créés sous l'égide de l'esprit de Simbi.