Prière de l’accouchement

Extrait du livre Le Kalevala : Epopée des Finnois, Elias Lönnrot, Gallimard, Quarto, 2010

Prière votive vogoule (langue finno-ougrienne parlée dans l’Oural), chantée en mai 1903 par Marjemana Ivanova Ukladova, c’est le chant où les femmes à la fois supplient leur divinité gardienne de donner aide et soulagement, et lui reproche sans ambages de les laisser autant souffrir.

Fée gardienne au fichu frangé,
le foulard à la frange épaisse,
fée gardienne au fichu brodé,
foulard à la bordure drue,
coiffée d’un bonnet de fourrure,
la peau d’un lièvre de l’hiver,
bonne fée, ma mère gardienne
portant ton bonnet de fourrure,
la peau d’une lièvre d’été,
fée gardienne notre porteuse,

fée de garde, petite-mère,
par le sang offert à minuit,
fée gardienne, notre porteuse
par la chère (sic) offerte à midi,
fée fille, fée gardant la porte
avec ta porte à l’huis d’argent !
Fée fille gardant le châlit,
fée au flanc d’argent du châlit !

Si les filles, tu les mandais
toujours en si haute douleur,
les gars, si tu les dépêchais
toujours en si grande souffrance,
n’y en aurait plus, de fillettes,
ni plus de garçons à grandir
pour croître en hommes sur la terre !