AccueilMystères fémininsMenstruations • Le cycle féminin et la fécondité (1/5)

    Derniers articles publiés

    Le cycle féminin et la fécondité (1/5)

    Tiré du livre Les causes et les remèdes, Hildegarde de Bingen, Jérôme Million

     

    La raison des règles

    Lorsque le flux du désir pénétra en Ève, toutes ses veines se sont ouvertes en un fleuve de sang. C’est pourquoi toute femme a en elle des tourbillons de sang, si bien que, à l’image de la diminution et de l’augmentation de la lune, elle retient puis répand les gouttes de son sang, et que tous ses membres, qui sont parcourus de veines, s’ouvrent. Car, de même que la lune croît et décroît, de même le sang et les humeurs se purgent chez la femme à l’époque de ses règles ; sans cela, elle ne pourrait résister, car elle est plus humide que l’homme, et elle tomberait dans de graves maladies.
    La pudeur constitue chez la vierge un enclos d’intégrité, car elle a évité l’œuvre de l’homme en ignorant cette œuvre, et si le sang menstruel est plus abondant chez la vierge que chez la femme, c’est que la vierge est encore close.  Car une fois que la vierge est déflorée, elle a ensuite plus de sanie dans son sang menstruel, car elle est déflorée, qu’elle n’en avait auparavant, quand elle était encore vierge. Et quand une jeune fille est encore vierge, dans son intégrité, ses écoulements menstruels sont comme des gouttes venues de ses veines ; mais une fois qu’elle est déflorée, les gouttes coulent comme un petit ruisseau, parce qu’elles ont été provoquées par l’œuvre de l’homme et si elles sont comme un petit ruisseau, c’est que , au cours de cette œuvre, les veines ont été déchirées. En effet, quand l’enclos d’intégrité est rompu chez une vierge, cette rupture provoque un écoulement de sang. En effet, la femme a été formée de telle manière que, par son sang, elle doit capter et retenir la semence de l’homme, et c’est pourquoi elle est faible, froide, et a des humeurs de mauvaise qualité. Et, de ce fait, elle serait toujours malade, si son sang n’était pas purifié lors de ses règles, de même qu’un aliment se purifie dans la marmite quand il rejette son écume.

     

    À lire aussi