AccueilNotions de base • Par où commencer ?

    Derniers articles publiés

    Par où commencer ?

    Par Aranna © 2011

     

    1 - Savoir ce que vous recherchez

    Qu'est-ce qui vous attire dans le paganisme et la Wicca ? Qu'est-ce que ces pratiques peuvent apporter à votre vie ? Il n'y a pas (réellement) de bonnes ou de mauvaises réponses. Au-delà des plus courantes : "parce que j'ai toujours été attiré(e) par les fées" ou "parce que je suis à la recherche d'une spiritualité plus axée sur le féminin" ou "parce que je voudrais me débarrasser de mes problèmes" ou "je voudrais être plus puissant(e)" il est important d'être le plus honnête possible avec soi-même, de ne pas se mentir.
    Je ne pense pas qu'il soit réellement plus grave de vouloir débuter dans ces voies en recherchant le pouvoir que parce qu'on est attiré(e) par les fées ou les sorcières. Ce sera peut-être plus long et/ou plus délicat, mais à partir du moment où on en a conscience et où l'on a réalisé que les principaux buts de ces voies sont l'épanouissement et la guérison personnelle (pas au détriment des autres, faut-il le préciser ?), l'harmonie avec le- Divin, et par analogie avec la Nature, rien n’interdit d’emprunter quand même ce sentier. Là où la situation peut devenir problématique, c'est quand on se voile la face, que l'on brûle les étapes et qu'au lieu d'essayer d'apprendre de ses erreurs, on s'y enfonce joyeusement.

    Vouloir restaurer son Ego en devenant quelqu'un de puissant n'est jamais qu'une façon, plus ou moins consciente, de tenter de guérir de vieilles blessures, mais ce n'est pas une solution appropriée. Loin de guérir quoi que ce soit, on se dirige au contraire au-devant des ennuis et on accumule tout un tas de problèmes qui auraient pu être évités, jusqu’au jour inévitable où on se mange un tel pain dans la gueule que soit on arrête toute pratique, soit on change son fusil d’épaule.

     

    2 –Nul besoin d’un mentor

    Une pratique spirituelle n'est pas un sport et ne nécessite pas d’avoir un entraîneur pour augmenter ses performances. Le paganisme et la Wicca sont des pratiques spirituelles où le libre arbitre et la responsabilité entrent en première ligne. Il semble quelque peu antinomique de vouloir s’engager dans cette voie pour ensuite chercher une personne qui nous mâche le travail et nous dise quoi faire.

    Pourquoi désirez-vous trouver un mentor ? Avez-vous peur de faire des erreurs ? On en fait tous, le tout est de réfléchir et d’en tirer les conclusions qui s’imposent pour évoluer et ne pas refaire les mêmes. Mieux vaut commettre soit une erreur et en sortir grandi(e) que d’abandonner à autrui le soin de décider ce qui est bon pour nous. Manquez-vous de confiance en vous ? Pourtant, si vous êtes en train de lire ces lignes, c’est que vous avez entamé des recherches, que vous êtes en train d’analyser une série d’informations avant de savoir ce que vous pouvez en tirer : au contraire, vous devriez croire en vous plus que jamais.
    Peut-être vous lierez vous d’amitiés avec d’autres personnes avec lesquelles pratiquer, peut-être pas, mais n’inondez pas le web de messages de recherche de mentor : les seules personnes que vous risquez d’attirer n’auront, dans le meilleur des cas, pas grand-chose à vous apprendre.

     

    3 – Nul besoin de se précipiter pour intégrer un groupe

    Si la pratique au sein d’un groupe équilibré et qui nous convient est une merveilleuse richesse, vouloir à tout prix intégrer un groupe au petit bonheur la chance sans avoir pratiqué et expérimenté un certain nombre de chose par soi-même et sans avoir de recul sur notre environnement peut ne pas apporter grand-chose, et même s’avérer préjudiciable, pour soi comme pour le groupe. Si l’occasion se présente, on peut tout à fait la saisir. L’incruste et le forcing, en revanche risquent de ne pas s’avérer très judicieux. Autre chose, ne mentez pas à propos de votre âge si on vous le demande.

    En ce qui concerne les forums et les communautés, ils peuvent être un excellent moyen de rencontrer du monde. Comme les gens, tous les forums ne seront pas intéressant pour vous, tous ne vous conviendront pas, mais il y en existe sûrement un qui sera ce que vous recherchez. Il est naturel de se sentir seul à certains moments, mais vous ne l'êtes pas. Si cela peut vous rassurez, dites-vous que vous n'êtes ni le/la premier (ère) à emprunter ce chemin et que d'autres viendront après vous.

    Même si vous ne connaissez personne physiquement, tout ceux et de toutes celles qui vous ont précédé sont là, l'esprit des Dieux aussi. Il n'y a pas de hasard. Si vous vous sentez vraiment seul(e) et que vous doutez, n'hésitez jamais à demander à la Déesse et au Dieu de vous soutenir, les réponses sont parfois vraiment impressionnantes : au quelques années après le début de ma pratique, j'étais complètement perdue -il n'y avait pas internet à ce moment là- et je me disais que je devenais folle, me demandant s'il ne valait pas mieux renoncer. J'étais recroquevillée dans ma chambre en train de pleurer et j'ai appelé la Déesse au secours. Le soir, je devais aller à une fête. Croyez-le ou non, mais j'y ai rencontré une autre païenne, qui m'a fait connaître le groupe d'amies avec qui elle pratiquait. Le groupe s'est depuis dissout, mais cette personne et moi sommes toujours amies, presque dix ans après. =) Par la suite, internet aidant, j'ai rencontré des gens merveilleux sur un forum -aujourd'hui fermé- avec qui je suis également devenue amie.

     

    4 – La surconsommation est tout à fait facultative

    La magie ne se trouve pas dans les objets, dans les vêtements pas plus que le savoir ne se mesure à la quantité de livres possédés.
    S’il est vrai que les rituels demandent quelques outils de base, cela ne veut pas dire qu’il faille vous ruiner pour les acquérir. Pour les débuts, un couteau de cuisine peut servir d’athamé, une branche trouvée dans une forêt fera une baguette idéale, le pentacle un morceau de bois (mon premier pentacle était le couvercle d’une boîte à cigare de mon père) et la coupe, un joli verre trouvé dans une solderie. C’est la régularité d’une pratique qui fait son efficacité, pas un super calice acheté à prix d’or.
    Avoir une splendide robe de velours noirs pour fêter les sabbats est sans doute une idée charmante, mais pas forcément très discret si vous ne souhaitez pas mettre toute votre famille au courant de vos nouvelles pratiques, quant à la pratique skyclad (nudité rituelle) elle présente, outre des aspects spirituels importants, l’avantage de ne pas se poser de question sur le choix de la tenue appropriée.

    Pour les livres, deux ou trois bons ouvrages suffisent pour débuter. De plus, de nombreux sites et PDF existent et constituent déjà une bonne base pour se lancer.

    5 – De la modération

    Partager ses interrogations, son cheminement avec d’autres est une chose. Demander l’approbation de tout le monde en est une autre. Écouter les conseils et les récits personnels de chacun est une chose, prendre tout au pied de la lettre sans se demander si cela vous convient à vous, personnellement, en tant que tel (comme dirait Perceval) est une autre paire de manche. Expliquer son point de vue à une personne, pour peu qu’elle soit ouverte d’esprit, est une chose, ruer dans les brancards en est une autre. Vous avez le droit de ne pas être d’accord avec les autres, de tracer votre propre chemin, de faire vos propres expériences.
    L’âge ne devrait pas entrer en ligne de compte, et les années de pratiques ne devraient pas non plus être un argument massue (toutes proportions gardées !) Le « Moi je pratique depuis 6 ans, toi depuis 3 ans donc tu as tort » n’est pas très constructif. Maintenant, encore une fois, réfléchissez avant d’agir, avant d’échanger certains propos : vous êtes le/la seule responsable de votre chemin.
    Enfin, ne montez pas sur vos grands cheveux à chaque question. Une question n’est ni une critique ni un moyen de vous mettre en défaut et il y a fort à parier que certains mots ne seront pas compris de la même façon par tout le monde et qu'ils n’auront pas tout à fait la même signification pour vous et pour la personne en face. Si quelqu’un vous demande d’approfondir, ne l’envoyez pas bouler en prenant de grands air ou alors, ne posez pas de questions !

     

    6 - Vous n'avez pas besoin de faire l'apologie de vos nouvelles croyances et/ou de vous mettre à dénigrer les anciennes

    Nous ne faisons pas de prosélytisme. Le paganisme et la Wicca sont des voies individuelles dans le sens où chacun se prend en charge et assume ses actes –que la pratique s’effectue seule ou en groupe. Pour cette raison, ces voies ne conviennent pas à tout le monde et le choix de ces croyances n’est ni meilleur ni plus mauvais qu’un autre, il est simplement différent.
    Il n’y a pas à avoir honte d’être païen ou wiccan, il n’y a pas à avoir honte d’avoir suivi d’autres chemins auparavant ni après.
    Je ne ferai pas de l’histoire comparée des religions, mais peu importe ce qui a pu être fait ou de qui est parfois encore fait. Dénigrer les autres religions, la plupart du temps sans réellement les connaître n’a rien d’intéressant. Je ne parle pas là d’un sentiment d’échec après un cheminement spirituel ou de déception par rapport à telle ou telle position d’une religion sur tel ou tel point mais d’un sentiment de rejet généralisé et exprimé grossièrement, pour le dire avec beaucoup d’eau dans le vin.

    7 – Savoir-vivre Sorcier

    En cas de rencontres avec d’autres païens, wiccans etc., demandez toujours la permission avant de toucher tarots, athamés et autres objets rituels. Que la personne soit susceptible sur la question ou non, c’est de la courtoisie élémentaire.

    Quand vous prenez un texte, une image sur un site, indiquez le nom de l’auteur, le nom du site et si possible le lien. Vous n’aimeriez pas avoir travaillé sur un texte et le retrouver aux quatre coins de la toile présenté comme la propriété personnelle de x autres personnes.

     

    8 - Pratiquez !

    C’est en lisant qu’on devient liseron comme disait Raymond Queneau. C’est en pratiquant qu’on devient un sorciéron. Méditez sur les énergies, les éléments, renseignez vous sur la roue de l’année et essayez autant que possible de la suivre et de vous mettre au diapason, tenez un calendrier lunaire… Lisez, mais autant que possible, expérimentez. C’est le meilleur moyen d’avancer.

    Puisse votre pratique vous apporter la joie, l’épanouissement et de merveilleuses rencontres.

     

    • À lire : un excellent article de Skadi Bella sur le même sujet Conseil à la nouvelle génération

     

     

    À lire aussi