AccueilNotions de base • Le Dieu

    Derniers articles publiés

    Le Dieu

    Par Aranna © 2006

    [Note de 2013 : cet article ayant été écrit il y a plusieurs années, il ne reflète absolument plus ma vision actuelle des choses mais je le laisse pour l'instant en ligne à titre informatif]

    Le Dieu est souvent nommé Dieu Cornu, Le Cornu ou Le Seigneur aux Bois, ou par une multitude d'autres noms. Vous avez sans doute dû le lire et l'entendre un nombre incalculable de fois, mais au cas où, je vais le redire : ce nom n'a aucun rapport avec le diable. D'anciennes représentations des dieux les montrent avec des cornes : Pan par exemple, ou encore le dieu du chaudron de Gundestrup.
    Avec l'arrivée du christianisme, qui a repris et adapté beaucoup d'éléments des paganismes, ces divinités ont été diabolisés, et leurs attributs aussi. De manière plus poussée, on pourrait également dire que ces Dieux antiques, ambivalents, ni tout bons, ni tout mauvais, débordants d'énergies vitales (l'énergie sexuelle entre autres) ont donc eu le tort de se retrouver du "mauvais côté de la force" et montrés du doigt, porteurs de tous les maux en regards du Dieu Parfait.

    Le Dieu est la polarité masculine de l'Univers, le Soleil qui dore les blés, les cerfs qui courent dans les forêts, le vent qui nous caresse le visage, le feu qui nous réchauffe. Il est l'homme dont la semence fertilise les champs de la Mère. Il est tour à tour artisan, guerrier, poète, sage et chaman, guérisseur, Artiseur, chasseur. Traditionnellement, on représente le Dieu sous deux aspects : le Roi Chêne, pour la partie claire de l'année et le Roi Houx pour la partie sombre, chacun représentant les deux aspects complémentaires du Dieu. Car, à l'instar de la Déesse, le Dieu n'est pas que lumière ou ombre, mais une alternance des deux. D'une main il peut donner la vie, la prospérité et la victoire, de l'autre, il amène la destruction, le doute et les défaites.

    Parmi sa multitude d'attribut, on trouve l'athamé, la bolline, la lance, l'épée et la baguette, d'un symbolisme phallique évident. Une corne de cerf, une pierre de lave ou des minéraux de couleurs vives et de formes pointues, les métaux tels que l'Or, le Fer, le Bronze, des bougies de couleurs solaires, des feuilles de chênes et de houx, les clés sont autant d'objets représentant l'essence du Cornu. Bien souvent, la partie droite d'un autel est consacré au Dieu et la partie gauche à la Déesse, cependant, même si cette règle est mentionnée fréquemment, ce n'est pas une obligation absolue.

    Les lieux tels que les volcans, les montagnes, les glaciers, les clairières, les canyons, les pierres levées, les déserts sont des lieux de pouvoirs du Seigneur Aux Bois. Parmi les animaux apparentés au Dieu, on retrouve le loup, le renard, le dragon, le taureau, le chien, le sanglier, le cerf, l'aigle… Nombreux sont les animaux qui peuvent être consacrés  à la fois au Dieu et à la Déesse, selon les croyances et les ressentis personnels de chaque individus, selons les mythologies, selon les symbolismes que l'on prête à tel ou tel animal.

    Remarque :
    J'ai remarqué que, au début de leur pratique du paganisme (de la wicca, dans la plupart des cas) du moins, bon nombre de païens ont du mal à s'adresser au Dieu et à lui accorder la même place que la Déesse au sein de leurs croyances. Ce blocage peut sans doute s'expliquer par leur précédente image du Dieu, une image sévère et austère. Celle d'un dieu jaloux et exigeant, plus prompt à interdire qu'à libérer, un Dieu Unique et Omnipotent. Même en quittant leurs anciennes croyances, ces images restent ancrées dans l'esprit et il peut parfois s'avérer difficile de s'en défaire. Il est en effet délicat de mettre de côté ce que notre éducation et notre culture nous ont enseigné. Ces difficultés peuvent êtres plus ou moins durs à vivre, et s'en débarrasser peu mettre plus ou moins longtemps. Chacun réagit de manière unique à son vécu et à son parcours. Aussi, si vous n'arrivez pas à "accrocher" avec le Dieu, surtout ne forcez pas. Il ne va pas venir se venger sur vous, vexé et offusqué par votre attitude. Le jour où vous vous sentirez prêt(e), vous ne vous en rendrez probablement pas compte, et vous l'intégrerez tout naturellement à votre pratique.

     

    À lire aussi