AccueilGermains & ScandinavesLes Dieux • Les douze suivantes de Frigg

    Derniers articles publiés

    Les douze suivantes de Frigg

    Essential Ásatrú, Diane L. Paxson
    Traduction & adaptation Aranna © 2013

    Dans les Eddas en prose, Snorri nous dit que Frigg est accompagnée de douze suivantes, dont certaines apparaissent dans d'autres références. Elles peuvent être vues comme des déesses séparées ou comme des hypostases que Frigg revêt pour accomplir certains travaux dans le monde.

    1. Fulla, celle qui garde le secret des mystères

    Snorri nous la décrit comme une vierge aux longs cheveux flottants retenus par un bandeau d'or. Elle veille sur la cassette que Frigg lui a confiée, sur ses chaussures et partage avec elle ses secrets. Fulla semble être une figure tripartite conservant les symboles visibles des mystères. Le bandeau d'or et le coffret qu'elle porte sont ses attributs.

    2. Sága, celle qui connaît toutes les histoires

    Sága a sa propre demeure, Sokkvabek ("Halle Engloutie" ou "Halle Sombrée") où, d'après Snorri, elle boit dans des gobelets d'or en compagnie d'Odin chaque jour, partageant de nombreux récits. Sága connait les noms des ancêtres et toutes les histoires de la famille. Elle conseille les dísir et s'exprime à travers chaque grand-mère qui garde précieusement les photos de famille et se souviens des jours anciens. Ses attributs sont le gobelet d'or et un livre d'histoires.

    3. Eir, la guérisseuse

    Eir est décrite par Snorri comme étant "une excellente physicienne". Le nom est également cité parmi les vierges d'Odin. Tous les noms restant sont des noms de valkyries mais le sien est donné pour être celui d'une norne qui façonne la nécessité. Eir est la guérisseuse des dieux. Même si ses origines demeurent mystérieuses, elles sont en lien avec ses capacités à intervenir sur le destin. Nous pouvons supposer qu'elle pratique une médecine traditionnellement employée par les femmes, sur la connaissance des herbes, de la nourriture et des sorts. Elle apparait comme stricte mais pleine de compassion. Le pilon et le mortier sont ses attributs.

    4. Gefjon, celle qui donne avant même que nous ne connaissions nos besoins

    Snorri décrit Gefjon comme une vierge accueillant tout ceux qui sont morts avant le mariage. Son nom signifie "qui pourvoie" et est également une épithète de Freya. Elle apparaît de manière indépendante dans la figure de la déesse danoise qui épouse Scyld, et elle est la mère des géants qui, sous la forme de boeufs, créèrent la Zélande.
    Elle possède un sanctuaire à Leire et possède un collier obtenue après avoir fait l'amour avec un jeune homme. Elle peut être vu comme une sorte de croisement où Freya et Frigg se rejoignent. Dans la halle de Frigg, Gefjon est celle qui donne comme le ferait une mère. Ses attributs sont un panier ou une corne d'abondance.

    5. Sjöfn, celle qui conduit les cœurs à aimer

    D'après Snorri, elle incite les esprits des hommes et des femmes à l'amour et aurait donné son nom à l'affection (siafni). Nous pouvons sentir que le pouvoir de Sjöfn dépasse clairement les simples limites de la séduction et du désir ou de l'amour romantique. Elle gouverne toute la toile des relations à travers chaque femme qui maintient une famille unie, à travers l'affection des frères et sœurs, des parents et des enfants et de l'affection qui grandie entre ceux qui travaillent ensembles. (NdT : Dans la famille, j'ai tendance à inclure aussi la famille de cœur).
    Un pendentif en forme de cœur rose au bout d'une chaîne dorée est un de ses attributs


    6. Lofn, celle qui nous donne la permission de suivre nos rêves

    Le nom de Lofn est relié à au mot utilisé en vieux norrois pour désigner la permission. Snorri nous dit qu'elle a été la seule à demander auprès de Frigg et de Odin la permission d'unir ceux dont l'amour est réprimé par la société. Par extension, Lofn accorde sa permission, non seulement dans le cas d'affaires amoureuses, mais aussi à tous ceux qui souhaite accomplir des choses que les blocages intellectuels ou les opinions sociales réprouvent, incluant le développement et l'exercice de notre pouvoir personnel et spirituel. Une clé en or est son attribut.

    7. Syn, celle qui garde nos frontières

    Syn garde les portes de la halle de Frigg et en interdit l'accès à tous ceux qui ne sont pas supposé entrer. Elle est invoquée dans les assemblées... Syn veut dire déni, dire non. Syn veille à la fois sur les portes qui empêchent le danger de pénétrer dans nos maisons, mais également sur les portes de notre espace psychique. Elle nous donne la force de dire non. Elle peut être invoquée pour garder une maison, un espace sacré ou pour créer un bouclier de protection nous permettant de résister aux attaques personnelles ou psychiques. Elle apparaît comme vêtue de gris et portant un bâton. Le balai de bouleau utilisé pour balayer le seuil pour bannir les mauvaises influences est son attribut.

     

    8. Hlín, celle qui nous défend

    Hlín est celle qui protège ceux que Frigg veut sauver et le refuge de ceux qui sont en danger. Elle représente Frigg dans l'extrait de la Völuspa (strophe 53) où il est dit "Alors arrive à Hlín / Une douleur nouvelle / Quand Ódinn se met en marche / Contre le loup" (la traduction est tirée de L'Edda poétique, Régis Boyer, Fayard, 1992). Les spécialistes s'entendent généralement pour dire que le premier malheur est la mort de Balder. On peut vraisemblablement supposer que dans ce cas, c'est en réalité Frigg qui est désignée sous ce nom, parce qu'elle a déjà échoué à protéger celui qu'elle aime, Balder, tout comme il lui sera impossible d'aider Odin quand le Ragnarök aura lieu. 

    Là où la protection de Syn est défensive, celle de Hlín est plus active. Elle se bat pour défendre ses protégés (NdT : et ceux de Frigg en général) et les mettre hors de danger. Elle protège notamment les femmes contre ceux qui voudraient profiter de leurs vulnérabilités. Ses attributs sont une épée ou un bouclier. 

     

    9. Vár, celle qui entend tous nos serments

    D'après Snorri, Vár est la témoin de chaque serments et de chaque alliance (várar), spécialement ceux passés entre un homme et une femme, et punit ceux qui les rompent. Son nom pourrait également avoir un lien avec le mot anglais ward (tutelle). Ses fonctions sont semblables à celle de la déesse grecque Hestia, en lien avec le feu du foyer, qui écoute tous les serments et reçoit la première offrande. 
    Le pouvoir de Vár réside dans les mots que nous utilisons pour prononcer nos vœux ou énoncer nos intentions.  Par son truchement, les mots deviennent une volonté et les affirmations prennent corps dans la réalité. Elle est plus particulièrement concernée par les accords qui ne peuvent être régi par la société, les unions et accords non écrits faits entre les différents partenaires d'une relations ou les membres d'une famille. Le feu du foyer ou l'anneau sur lequelle les serments sont prononcés constituent ses attributs.

     

    10. Vör, celle qui connaît tous les secrets

    Vör est, d'après Sturluson, "sage et curieuse, si bien qu'il est impossible de lui cacher quoi que ce soit". Son nom signifie "connaissance", "l'habilité de deviner les choses". Elle est la voyante du groupe. 
    Vör est le pouvoir de la connaissance et du silence. Sur le plan externe, elle a d'une certaine manière le rôle de la fameuse "intuition féminine" qui est, l'habilité à déceler les indices les plus subtiles pour comprendre ce qui va se produire. Sur le plan intérieur, elle est notre guide vers l'Inconscient. Elle révèle ce qui est caché et nous apprend à interpréter le langage de nos rêves. Elle apparaît souvent drapée dans des robes sombres et son attribut est un voile de couleur sombre. 

     

    11. Snotra, la très sage, qui sait toujours ce qu'il convient de faire

    Snotra est sagace, courtoise et gracieuse. En vieux norrois, Snotr signifie "fiancée" ou "dame" et pour tous ceux qui sont considérés comme sage ou sachant se contrôler. La sagesse de Snotra va bien au-delà de la simple étiquette. En elle nous trouvons les qualités permettant à une personne de surmonter les désastres de nature physique et sociale. Elle possède une profonde compréhension de la nature humaine et des relations sociales. Elle possède non seulement la compréhension des règles de conduites mais aussi les raisons qui se trouvent derrière. Son attribut est un mouchoir en lin. 

     

    12. Gná, la messagère

    Gná voyage par delà les cieux et les mers sur un cheval nommé "Celui qui lance ses sabots " [NdT : Hófvarpnir] et porte les messages de Frigg à travers le monde. Snorri dit que son nom signifie "traverser" ou "transcender" mais son nom pourrait être un mot rappelant le hennissement du cheval.
    Gná est le pouvoir de Frigg pouvant transcender tous les mondes. Elle est l'abilité, la capacité de franchir les limites. A travers Gná, nous pouvons communiquer avec la déesse Frigg et recevoir ses réponses. Elle apparaît comme radieuse et vigoureuse, et son attribut est une statuette de cheval.